Photos anciennes et historiques de Villeneuve-la-Garenne, Île-de-France
autor

L'histoire de Villeneuve-la-Garenne(Hauts-de-Seine), Île-de-France en photos

La description: Villeneuve-la-Garenne est une commune française située dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.
C'est la dernière commune créée dans le département de la Seine, le 9 avril 1929, pendant l'Entre-deux-guerres.
À l’origine Villeneuve-la-Garenne, dont le nom apparait ainsi déjà sur la carte de Cassini du XVIIIe siècle, est un hameau de pêcheurs et s’étendait sur un kilomètre le long de la Seine (de part et d’autre de l’actuel pont de L'Île-Saint-Denis).
Ce quartier de Gennevilliers se développe, à partir de 1844, assez vite, avec la construction de deux ponts suspendus.
Celui situé au centre du bourg dans le prolongement de l’avenue de Gennevilliers (avenue de Verdun actuellement) est conçu par Marc Seguin. Il permet, depuis cette date, de relier Villeneuve d’abord à l’agglomération de Saint-Denis (en traversant L'Île-Saint-Denis), puis à Paris puisque deux ans plus tard le chemin de fer du Nord reliant Paris à Saint-Denis est construit.
Toutefois les habitants passent le pont moyennant un octroi. Ce pont suspendu utilisé jusqu’au début du XXe siècle a inspiré beaucoup de peintre, notamment Alfred Sisley.
En 1903, un nouveau pont plus large (où il est interdit de trotter), remplace le pont suspendu. Cette modernisation contribue au développement du hameau.
Le canotage, les guinguettes, cafés-restaurants et autres débits de boissons se multiplient (les 100 Kilos, la Belle Gabrielle, la Tête d’argent, la Tête d’or, le Cadran solaire, au picolo d’Auvergne...). En 1920, il y en a une trentaine environ. Les habitations du hameau sont, pour l’essentiel, concentrées le long des quais et de l’avenue de Gennevilliers (avenue de Verdun actuelle) où de superbes maisons sont construites.
1881, l'usine « Homberger et Allard », fabricant des articles pour meunerie, s'installe rue de la Fabrique (rue Dupont-du-Chambon). Elle a ses bureaux et son magasin à Paris, 27-29 rue de Viarmes où l’on peut trouver tout le nécessaire pour la minoterie.
1891, le laboratoire de produits chimiques et pharmaceutiques « Pointet » s’installe rue de la Fabrique (rue Dupont-du-Chambon).
1893, l’usine Pointet est agrandie et transférée à l’angle de l’avenue de Gennevilliers (avenue de Verdun) et du chemin des Reniers (avenue Jean-Jaurès) et devient Pointet-Girard. Cette usine fabriquait des sels d'iode et de bismuth quinine. Au même endroit s'est implantée plus tard l’entreprise Rhône-Poulenc.
1898, les chantiers Van Den Bosch s'installent.
au début du XXe siècle, Villeneuve est le fief des laboratoires ; Naline s'installe rue du Chemin-Vert, et devient établissements Mouneyrat (nom du médecin qui a mis au point plusieurs traitements, contre la syphilis et le paludisme entre autres). Ce laboratoire de pointe effectuait des recherches notamment sur l'hectine dérivé de l'arsenic.
1903, la construction automobile est en plein essor ; Charles Petiet alors jeune ingénieur, crée la société des automobiles Ariès, nommée ainsi en raison de la force et de l’agilité du bélier. Son usine est située quai d’Argenteuil (quai Sisley). Dès 1906, les usines fournissent des autobus londoniens à étage, des taxis à New York, des véhicules pour l’aéronautique russe, des automotrices pour les chemins de fer.
1905 : installation de la Société d’éclairage, chauffage et force motrice (ECFM) entre l'ancienne gare de Gennevilliers et la route départementale 9 (boulevard Dequevauvilliers sur la commune de Gennevilliers qui devient boulevard Charles-de-Gaulle sur la commune de Villeneuve-la-Garenne)18. Cette usine à gaz est alors l’une des plus puissantes d’Europe.
1919, c'est Walter Van Praet qui s'établit pour le compte des Chantiers navals franco-belges. En 1923, il acquiert un nouvel atelier situé quai d’Argenteuil (quai Sisley).
1924, l’entreprise Davum (Dépôt et agence de vente de produits sidérurgiques) jusque-là installée à Paris, va remplacer les établissements Salmon fondés en 1918.
1926, les établissements « Georges Losfeld » (successeur depuis 1921 de la société franco-américaine de literie) sis boulevard d’Asnières (boulevard Gallieni) mettent au point un matelas en kapok, duvet végétal léger qui sert à remplir les coussins et brassières de sauvetage. Ces matelas font l’objet de tests originaux sur l’eau.
Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du département de la Seine. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Hauts-de-Seine et son arrondissement de Nanterre après un transfert administratif effectif au 1er janvier 1968.

Population: 24 023 hab.

Villeneuve-la-Garenne. Avenue de Gennevilliers
Avenue de Gennevilliers
Villeneuve-la-Garenne. Avenue de Gennevilliers
Avenue de Gennevilliers
Villeneuve-la-Garenne. Boulevard d'Asnières
Boulevard d'Asnières
Villeneuve-la-Garenne. Boulevard d'Asnières - Villa-St-Paul
Boulevard d'Asnières - Villa-St-Paul
Villeneuve-la-Garenne. Ile Saint Denis - quai du Moulin
Ile Saint Denis - quai du Moulin
Villeneuve-la-Garenne. Le Quai d'Asnières - vue du Pont
Le Quai d'Asnières - vue du Pont
Villeneuve-la-Garenne. Les rives de la Seine et le Pont
Les rives de la Seine et le Pont
Villeneuve-la-Garenne. Panorama Villeneuve-la-Garenne
Panorama Villeneuve-la-Garenne
Villeneuve-la-Garenne. Quai d'Asnières
Quai d'Asnières
Villeneuve-la-Garenne. Quai d' Asnières et René Hubert
Quai d' Asnières et René Hubert
Villeneuve-la-Garenne. Sortie des Écoles
Sortie des Écoles
Villeneuve-la-Garenne. Vue Generale sur l'Ile Saint-Denis
Vue Generale sur l'Ile Saint-Denis