Photos anciennes et historiques de Voiron (Isère), Auvergne-Rhône-Alpes
autor

L'histoire de Voiron (Isère), Auvergne-Rhône-Alpes en photos

La description: Voiron est une commune française située dans la neuvième circonscription du département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes et, autrefois, rattachée à l'ancienne province du Dauphiné. Voiron est la ville siège du Pays voironnais, regroupé en une communauté d’agglomération de trente-quatre communes et de plus de 90 000 habitants. La ville de Voiron seule compte environ 20 000 habitants. La cité ainsi que son agglomération appartient également à l'unité urbaine de Grenoble depuis 2010. Historiquement, la ville fut le siège du comté de Sermorens, domaine situé au débouché de la cluse de l'Isère, au pied du massif de la Chartreuse et à l'extrémité du diocèse de Vienne. Cette région frontière entre le Dauphiné et Savoie sera un peu plus tard l'objet de nombreux conflits, de 1150 à 1350, entre les différents comtes de Savoie et les dauphins de Viennois, celle-ci finissant par échoir à ce dernier. Le Voironnais, rattaché au Dauphiné en 1355 deviendra alors définitivement français.
Au début du XVIIIe siècle, Voiron, considérée localement comme la petite capitale du massif de la Chartreuse et de ses environs, ou du moins, la ville la plus importante entre Grenoble, Lyon et Chambéry, compte environ 1 200 habitants et plus d'une centaine d'entre eux travaillent dans la transformation du chanvre.
80 ans plus tard ce sont 1 200 producteurs de chanvre qui sont dénombrés dans le Voironnais ainsi que 2 760 métiers à tisser. Depuis le début du siècle la production s'est organisée autour de la fabrique voironnaise et les toiles sont marquées afin d'en certifier l'origine. La ville acquiert une grande renommée grâce à ses toiles issues d'un savoir-faire séculaire. Mais les privilèges accordés par Louis XII disparurent à la Révolution. Toutefois la production de toile ne s’essouffla pas et leurs réputations permirent de maintenir l'activité sous le Premier Empire notamment grâce aux commandes de l'armée. Le XIXe siècle voit le déclin de la grande époque de la toile à Voiron notamment à cause de la concurrence du lin puis du coton, ainsi qu'à cause de la disparition de la marine à voile qui était une grande consommatrice de toiles voironnaises.
Au XIXe siècle, le nom du bourg de Voiron est évoqué dans de nombreuses monarchies d'Europe. Les soieries voironnaises sont connues dans toute l'Europe pour leur finesse. Voiron profite alors d'une main-d'œuvre féminine bon marché, logée à l'usine et souvent mal payée. À la veille de la Première Guerre mondiale l'activité de tissage de la soie utilise près de 3 000 métiers.
Parallèlement l'essor des manufactures de papier sur les rives de la Morge, la rivière traversant la petite ville, attire de nombreux travailleurs vers la ville et de là débute un nouvel âge d'or. Le XIXe siècle, c'est aussi le rayonnement religieux de la ville qui grâce à l'audace d'un premier magistrat ambitieux fait ériger en 1876 l'église Saint-Bruno de style néo-gothique. On citera aussi l'élévation d'une statue représentant la Vierge Marie et l'Enfant Jésus, un hommage à Notre-Dame-de-France du Puy-en-Velay.
Puis vient le XXe siècle, ses révolutions industrielles, le déclin de la soie, du papier et l'avènement de l'entreprise phare de la commune : les Skis Rossignol fondés en 1907 par Abel Rossignol. Des familles entières de voironnais, des immigrés italiens arrivés en masse au début du siècle travailleront dans ces usines. La ville se développe, s'agrandit. La population dépasse les 15 000 habitants. De grandes industries de renommée mondiale se développent, Voiron verra ainsi naître l'entreprise Radiall spécialisée en mécanique de précision, ou encore les jouets Gueydon, d'où est issue l'enseigne : King Jouet.
Voiron est située à proximité de nombreux sites touristiques, notamment du lac de Paladru, du monastère de la Grande Chartreuse et du Parc naturel régional de Chartreuse dont elle est une des trois villes « porte » avec Chambéry et Grenoble. La ville est donc liée à une activité touristique, en nette progression, qui est gérée par un office de tourisme local, rattaché à la communauté de communes.

Population: 20 248 hab.

Voiron. Avenue de la Gare
Avenue de la Gare
Voiron. Avenue de la Gare
Avenue de la Gare
Voiron.
Avenue d´Hossez
Voiron. Avenue de Romans
Avenue de Romans
Voiron. Banque de France
Banque de France
Voiron. Boulevard de la République
Boulevard de la République
Voiron. L'Ecole supérieure
L'Ecole supérieure
Voiron. Le Viaduc
Le Viaduc
Voiron. Place Saint-Bruno
Place Saint-Bruno
Voiron. Rue de la Gare et rue Rose-Sage
Rue de la Gare et rue Rose-Sage
Voiron. Rue Mongolfier
Rue Mongolfier
Voiron. Rue Mongolfier
Rue Mongolfier
Voiron. Rue Porte de la Buisse
Rue Porte de la Buisse
Voiron. Rue Rose-Sage
Rue Rose-Sage
Voiron. Rue Sermorens
Rue Sermorens
Voiron. Rue des Terreaux
Rue des Terreaux