Photos anciennes et historiques de Saint-Mandé, Île-de-France
autor

L'histoire de Saint-Mandé, Île-de-France en photos

La description: Saint-Mandé est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France.
Saint-Mandé est une commune résidentielle huppéede la banlieue est, limitrophe de Paris au-delà de la porte de Saint-Mandé et de la porte de Vincennes.
À la fin du XIe siècle, Saint-Mandé n'est qu'un hameau de quelques maisons groupées autour de la chapelle. Il faut attendre la construction d'un prieuré de bénédictins dépendant de l’abbaye Saint-Magloire de Paris, pour que se constitue un village d'une centaine de maisons, rattaché à Charenton-Saint-Maurice. En 1274, un mur d'enceinte est construit à l'initiative de Philippe le Hardi qui désire agrandir la partie du « parc de Vincennes » qui lui appartient, alors domaine de chasse royal et achète une partie boisée de Saint-Mandé. Cette acquisition diminua le territoire de Saint-Mandé qui se reconstruit alors le long de la muraille et du fossé nommé « Chaussiée de l'Estanc », aujourd'hui la très élégante chaussée de l'Étang.
Au XIVe siècle est érigée la Tourelle, une défense avancée du château de Vincennes. Elle laissera son nom au quartier où elle se trouvait. Au XVIe siècle, un château dont il ne reste aucun vestige aujourd'hui, voit se succéder les seigneurs d'Orgemont, de Nicolaï, et de Bérulle.
En 1654, Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV achète la propriété de Catherine de Beauvais, femme de chambre d'Anne d'Autriche et initiatrice amoureuse du jeune Louis XIV. Cette luxueuse demeure entourée de jardins signés Le Nôtre préfigure déjà Vaux-le-Vicomte. On y voit passer les grands : Mazarin, le duc d'Orléans, Henriette de France, Henriette d'Angleterre, le roi Louis XIV, et les artistes : Le Brun, La Fontaine, Madame de Sévigné, Corneille, Molière. Lorsque Fouquet est arrêté sur les ordres de Colbert en 1661, son domaine est mis à sac, confisqué puis vendu en 1705 à une communauté religieuse.
Saint-Mandé devient une commune autonome en 1790. Si celle-ci traverse sans évènement notoire le XIXe siècle puis le XXe siècle, elle voit cependant son territoire diminuer à plusieurs reprises lors des extensions successives des limites de Paris. En 1844, avec la construction de l'Enceinte de Thiers, Saint-Mandé perd une grande partie de sa superficie, avec l'incorporation de l'actuel quartier du Bel-Air à l’intérieur des fortifications de Paris14, et son annexion administrative à la ville en 1860. Une partie de la commune, entre le cours de Vincennes et la rue de Lagny, est également rattaché au quartier de Charonne.
À cette époque également, débute la construction de la ligne de Vincennes (l'actuel tracé du RER) qui tracera un profond sillon sur la partie nord de la commune pour le passage des voies de la ligne de chemin de fer, inaugurée le 22 septembre 1859. Saint-Mandé possédait d'ailleurs une gare sur la ligne située à la hauteur de l'actuel commissariat de la ville. Le 26 juillet 1891, elle fut le lieu de l'un des premiers accidents ferroviaires en France, lorsqu’un train qui rentrait en gare vint percuter un train à l'arrêt, provoquant 49 morts et plus de 100 blessés.
Enfin, en 1929, le territoire du bois de Vincennes est rattaché à Paris, amputant une grande surface non habitée de la ville comme le stade de la Porte-Dorée (actuellement centre sportif Alain-Mimoun), situé à la Porte Dorée dans le 12e arrondissement de Paris.
En 1965, le boulevard périphérique est construit sur l'ancien territoire de la Zone qui séparait Saint-Mandé du 12e arrondissement de Paris, et, il y a quelques années, à celle des murs anti-bruit qui le bordent. Saint-Mandé a préservé immeubles bourgeois et les hôtels particuliers qui se sont construits à la fin du XIXe siècle.
Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du département de la Seine. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au Val-de-Marne à la suite d'un transfert administratif effectif le 1er janvier 1968.

Population: 22 248 hab.

Saint-Mandé. Avenue Herbillon
Avenue Herbillon
Saint-Mandé. Avenue Sainte Mandé
Avenue Sainte Mandé
Saint-Mandé. Avenue Sainte Marie
Avenue Sainte Marie
Saint-Mandé. Grande rue Vers la Tourelle
Grande rue Vers la Tourelle
Saint-Mandé. La Demi-Lune
La Demi-Lune
Saint-Mandé. La Gare et la Mairie
La Gare et la Mairie
Saint-Mandé. La Gare
La Gare
Saint-Mandé. La Mairie
La Mairie
Saint-Mandé.Passage à niveau au Boulevard Carnot
Passage à niveau au Boulevard Carnot
Saint-Mandé. Place de la Mairie
Place de la Mairie
Saint-Mandé. Place de la Tourelle
Place de la Tourelle
Saint-Mandé. Rue Aliard
Rue Aliard
Saint-Mandé. Rue de l'Alouette
Rue de l'Alouette
Saint-Mandé. Rue Baudin
Rue Baudin
Saint-Mandé. Rue de Bérulle
Rue de Bérulle
Saint-Mandé. Rue Eugénie
Rue Eugénie
Saint-Mandé. Rue Jeanne d'Arc
Rue Jeanne d'Arc
Saint-Mandé. Rue Lacoste
Rue Lacoste
Saint-Mandé. Rue Mougenot, Avenue Victor Hugo
Rue Mougenot, Avenue Victor Hugo
Saint-Mandé. Rue de Paris et  Avenue de la Tourelle
Rue de Paris et Avenue de la Tourelle
Saint-Mandé. Rue de Paris
Rue de Paris
Saint-Mandé. Rue Paul Bert
Rue Paul Bert
Saint-Mandé. Rue de la République
Rue de la République
Saint-Mandé. Rue de la République
Rue de la République