Photos anciennes et historiques de Royan, Nouvelle-Aquitaine
autor

L'histoire de Royan (Charente-Maritime), Nouvelle-Aquitaine en photos

La description: Royan est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).
Royan est fondée durant l'Antiquité tardive, sans doute vers le Ve siècle. Dès cette époque se développent deux noyaux urbains distincts : Saint-Pierre, village d'agriculteurs perché sur un plateau dominant l'estuaire de la Gironde, et le village de Roianum, campé sur le plateau de Foncillon, un cap stratégique bordé par les eaux de l'estuaire.
À partir du XIe siècle, Royan est fortifiée par les seigneurs de Didonne. Elle devient une place forte anglaise pendant la guerre de Cent Ans, et le Prince Noir accorde ses premiers privilèges à la cité, désormais gouvernée par un collège de douze échevins et de douze conseillers. La ville redevient française en 1451, quelques années avant la fin effective des hostilités (1453).
Durant les guerres de religion, catholiques et protestants se disputent la cité : combattent sous ses murs, le prince Henri de Navarre (le futur roi Henri IV) et le sire de Brantôme. En 1592, Royan est érigée en marquisat. La promulgation de l'édit de Nantes en 1598 fait de la ville une place de sûreté protestante.
En 1622, la population se soulève contre le roi Louis XIII, qui mène personnellement le siège de la ville. Celle-ci se soumet et obtient le pardon du souverain. La ville fortifiée est rasée en 1631 sur ordre de Richelieu, la citadelle démantelée, les fossés comblés.
La renaissance de la ville n'intervient qu'avec la mode des bains de mer, importée d'Angleterre au début du XIXe siècle. Alors seulement, la ville recommence à se développer. Au début de la « Belle Époque », Royan est devenue une ville moderne, fréquentée par d'éminentes personnalités du monde de la culture, ainsi que par la haute bourgeoisie bordelaise d'abord, parisienne ensuite.
Sous l'impulsion du maire Frédéric Garnier, la ville se modernise, accueillant le chemin de fer (1875), inaugurant son réseau de tramways (1890) et édifiant plusieurs casinos : le casino municipal (1895) est ainsi jusqu'à sa destruction le plus grand de France. Au début de la Seconde Guerre mondiale, Royan est une station balnéaire internationalement connue, fréquentée par Picasso, Sacha Guitry, Jacques-Henri Lartigue.
Durant l'Occupation, Royan est une forteresse allemande. Alors que la fin du conflit se précise, elle devient l'une des dernières poches de résistance du IIIe Reich en France. De ce fait, elle est sévèrement bombardée le 5 janvier 1945 : en l'espace de quelques heures, Royan est réduite à des ruines fumantes : 427 habitants et 47 soldats allemands sont tués, 200 personnes sont blessées74,75. De nouveaux raids sont menés les 14 et 15 avril, au cours desquels sont utilisés près de 725 000 litres de napalm76. Le 17 avril, le commandant allemand de Royan capitule.
Royan est détruite à plus de 85 % : elle devient un laboratoire de recherche sur l'urbanisme. La ville est reconstruite suivant les techniques modernistes alors mises à la mode par les grands architectes du temps : Le Corbusier, Niemeyer. Elle devient de ce fait une ville originale, marquée par l'esprit des années 1950, et ne tarde pas à renaître à la vie balnéaire.

Population: 18 499 hab.

Royan. Boulevard Botton
Boulevard Botton
Royan. Boulevard Saint Georges
Boulevard Saint Georges
Royan. Boulevard Saint Georges
Boulevard Saint Georges
Royan. Boulevard Thiers
Boulevard Thiers
Royan. Le Casino Municipal
Le Casino Municipal
Royan.
Passage du train Paris Royan en Gare -1903
Royan. Plage et Facade
Plage et Facade
Royan. Port et le boulevard Thiers
Port et le boulevard Thiers
Royan. Rue Gambetta
Rue Gambetta
Royan. Square Botton et la Plage
Square Botton et la Plage
Royan. Square et Boulevard Lessore
Square et Boulevard Lessore
Royan. Statue d'Eugene Pelletan et Square Botton
Statue d'Eugene Pelletan et Square Botton