Photos anciennes et historiques de Arpajon, Île-de-France
autor

L'histoire de Arpajon(Essonne), Île-de-France en photos

La description: Arpajon est une commune française située à trente et un kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.
Du castrum gallo-romain devenue Chastres (également Chastres-sous-Montlhéry) en 250 sur l’importante route de Paris à Orléans, le riche territoire de maraîchage au cœur du Hurepoix devint Arpajon, seigneurie du puissant maréchal Philippe de Noailles.
Au Xe siècle, une première église est bâtie dans le village, mais elle est vite ruinée. En 1006, elle est confiée par Renaud de Vendôme, évêque de Paris, aux moines bénédictins de l’abbaye de Saint-Maur qui rebâtissent l’église, son clocher et la consacrent au pape Clément Ier. Ils y ajoutent un cloître, un prieuré et une grange aux dîmes.
Un document daté de 1265 atteste de la présence à Arpajon d’un hôtel-Dieu pour l’hébergement des voyageurs et indigents. Il y a aussi plusieurs moulins sur l’Orge et la Rémarde. La ville est fortifiée et dispose alors de cinq portes.
En 1643 est fondue la cloche nommée Antoinette.
En 1717, l’hôtel-Dieu est entièrement reconstruit. En 1720, Louis de Sévérac, marquis d’Arpajon, issu de la grande famille médiévale d’Arpajon, l’achète et obtient de Philippe d’Orléans le privilège de donner son nom à la commune. De cette famille sont issues les armes parlantes de la ville. En 1733, il fait abattre l’ancienne porte de ville du nord, trop étroite pour les nombreux chariots et érige à la place deux pilastres, l’actuelle porte de Paris.
En 1782, Benjamin Franklin installe un paratonnerre sur la flèche de l'église Saint-Clément.
Le château est vendu en 1802 et démoli. En 1800 est créé le canton d'Arpajon, alors rattaché à l’arrondissement de Corbeil dans le département de Seine-et-Oise. En 1806, Napoléon Ier et l’impératrice Joséphine visitent la ville et offrent le maître-autel de l’église.
En 1833 est inauguré un grand hôtel des postes et télégraphes.
La deuxième moitié du XIXe siècle a lieu le percement du boulevard de la Gare, l’inauguration en 1865 de la gare et la construction de villas de villégiature.
En 1868, la commune se dote d’un hôtel de ville à la place du château seigneurial. Puis, en 1889, elle achète la pagode présentée par le Tonkin lors de l’exposition universelle de Paris.
En 1851, les frères Martin, originaires de Limoges, implantent une usine de chaussures qui, en 1900, emploie quatre cent cinquante adultes et environ cinquante enfants. Elle est rachetée par les chaussures André en 1920 et ferme ses portes définitivement en 1956.
Cette même année est créée la « Compagnie de chemin de fer sur route de Paris à Arpajon », qui ouvre en 1893 le tronçon Porte d'Orléans-Antony, puis Antony-Longjumeau, Longjumeau-Montlhéry et, enfin, en 1894, Montlhéry-Arpajon pour le transport des voyageurs.
Reliée à la capitale dès la deuxième moitié du XIXe siècle par l’Arpajonnais et par la ligne Brétigny - Tours, elle devint à la fois un lieu de villégiature et un centre industriel et agricole important. Bien que son territoire soit de taille modeste, elle rayonne toujours sur le pays arpajonnais et les communes voisines associées, autrefois parties intégrantes, Saint-Germain-lès-Arpajon et La Norville.

Population: 10 920 hab.

Arpajon. Boulevard Morand
Boulevard Morand
Arpajon. Église de Saint-Germain
Église de Saint-Germain
Arpajon. Gare du Tramway
Gare du Tramway
Arpajon. Grande Rue, près de l'église
Grande Rue, près de l'église
Arpajon. Grande Rue de Saint-Germain les Arpajon
Grande Rue de Saint-Germain les Arpajon
Arpajon. Hôtel des Postes Télégraphes Téléphones
Hôtel des Postes Télégraphes Téléphones
Arpajon. Les Halles et la Place
Les Halles et la Place
Arpajon. Place des Halles
Place des Halles
Arpajon. Place de l' Hôtel de Ville
Place de l' Hôtel de Ville
Arpajon. Porte d' Etampes
Porte d'Etampes
Arpajon. Porte de Paris -1913
Porte de Paris -1913
Arpajon. Rue Guinchard
Rue Guinchard