Photos anciennes et historiques de Noisiel, Île-de-France
autor

L'histoire de Noisiel, Île-de-France en photos

La description: Noisiel est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.
Elle fait partie de la banlieue est parisienne et de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée.
Au XVIIIe siècle, le territoire de la commune actuelle est occupé par le village d'une quinzaine de maisons bâties sur la rive gauche du port. Le château du XVIIe siècle et sa ferme seigneuriale se situent à l'ouest du village, à l'opposé du port. Un autre château, celui du Luzard, est situé plus au sud. Un hameau est également construit autour de la ferme du Buisson Saint-Antoine et d'une chapelle.
Gabriel Michel fait l'acquisition des Domaines et seigneuries du Duc Delavallière en 1763: Le Luzard et le Buisson Saint-Antoine y figurent. L'acte d'achat se trouve aux Archives de Gournay. Le Domaine de Noisiel et son Château seront acquis par la famille Michel en 1777.
Dès 1825, Antoine Brutus Menier, pharmacologue parisien, fondateur de la dynastie d'industriels du même nom, décide de déplacer son usine de produits pharmaceutiques, alors située en plein quartier du Marais à Paris, sur les bords de la Marne, à Noisiel, sur le site de l’ancien moulin. Le rapport avec le chocolat n'est pas loin car à l'époque, le cacao entre dans la composition de certains médicaments : l'arôme pour le goût, la graisse pour les suppositoires.
Au milieu du siècle, les fils Menier sentent les promesses du marché du chocolat et abandonnent la pharmacie. C’est en 1836 qu’est créée la tablette de chocolat. En 1867, Émile-Justin Menier, décide de recentrer son usine sur la fabrication de chocolat. Cette croissance est suivie d’une réorganisation totale du processus de fabrication au sein de l’usine. Une douzaine d'imposants bâtiments-machines est construit en enfilade, notamment par l’architecte Jules Saulnier (donnant son nom au moulin de l'usine), tout le long de la Marne, entraînant la disparition, après son rachat, de l’ancien village. C’est donc entre 1860 et 1874 que l’usine prend son aspect actuel, symbolisée par le moulin central. L'architecture est innovante : « c'est un des premiers bâtiments à être construit avec une ossature métallique qui est d'ailleurs apparente.
En cette fin du XIXe siècle se situe l'heure de gloire de la chocolaterie : 2 200 ouvriers s'affairent pour produire 70 tonnes de chocolat par jour. À la suite de son accession à la mairie en 1871 et à ses nombreuses acquisitions foncières, Émile-Justin Menier est entièrement maître des destinées communales. En 1874, à proximité de l’usine, il lance la construction de 66 maisons et d’un groupe scolaire. Pour cela, la famille Menier visite des modèles de cités en Angleterre et prend aussi exemple sur les cités de Mulhouse.
Un très grand nombre d’équipements, propriétés de l’usine, complète ce dispositif : des magasins d’approvisionnement (propriété des Menier jusqu’en 1912), un réfectoire pour les ouvriers célibataires, deux cafés-hôtels-restaurants, un groupe scolaire pour filles et garçons, une maison de retraite et la mairie. Par le plan même de sa cité, la famille Menier montre ses engagements politiques et idéologiques. L’école, symbole de l’élévation de la condition ouvrière, est ainsi située au centre de la principale place de la cité, tandis que l’église – dont l’industriel a pourtant financé la construction – est laissée à l’extérieur du nouveau quartier. Néanmoins, c’est avant tout l’usine qui reste le centre de la cité et autour de laquelle tout est organisé. La figure du patron est centrale, comme le montre l’inauguration en 1898 de la statue d'Émile-Justin Menier devant les écoles. En 1963, l’usine, en liquidation, cède les logements, alors en mauvais état, à un promoteur qui les revend à l’unité.
Les bâtiments de la chocolaterie, dont le très beau et coloré moulin (première construction au monde à structure métallique apparente), appartenait depuis 1988 à Nestlé, qui en avait fait le siège de sa division France : environ 1 300 salariés y travaillaient sur les 14 ha du site avant son déménagement vers Issy-les-Moulineaux. La ferme du Buisson, quant à elle, était la ferme de la famille Menier et des usines. C'est aujourd'hui un centre culturel national.
La commune se trouvait de 1793 à 1993 dans l'arrondissement de Lagny-sur-Marne du département de Seine-et-Marne, année où devient brièvement le chef-lieu de l'arrondissement de Noisiel. Celui-ci est transféré le 20 avril 199443 et est devenu l'arrondissement de Torcy, auquel la commune est désormais rattachée.
Jusqu'au redécoupage cantonal de 2014 en France, Noisiel était le chef-lieu du canton du même nom qui comprenait également la commune de Lognes. La commune fait dorénavant partie du canton de Champs-sur-Marne.

Population: 15 676 hab.

Noisiel. Hopital Militaire
Hopital Militaire
Noisiel. L'Hotel du Pecheur
L'Hotel du Pecheur
Noisiel. La Mairie
La Mairie
Noisiel. La sortie des Refectoires
La sortie des Refectoires
Noisiel. Les Ecoles -1909s
Les Ecoles -1909s
Noisiel. Les Réfectoires
Les Réfectoires
Noisiel. Place des Pompes
Place des Pompes
Noisiel. Place de la Mairie
Place de la Mairie
Noisiel. Place de la Mairie et sortie de l'Usine
Place de la Mairie et sortie de l'Usine
Noisiel. Vue des Bureaux
Vue des Bureaux
Noisiel. Place de la Mairie
Place de la Mairie
Noisiel. Place de la Mairie
Les Ecoles
Noisiel. Poste et Bureau de Tabac
Poste et Bureau de Tabac
Noisiel. Rue du Milieu
Rue du Milieu
Noisiel. Rue Neuve
Rue Neuve
Noisiel. Sortie des Ouvrières
Sortie des Ouvrières