Photos anciennes et historiques de Moulins, Auvergne-Rhône-Alpes
autor

L'histoire de Moulins(Allier), Auvergne-Rhône-Alpes en photos

La description: Moulins, parfois dénommée Moulins-sur-Allier par la SNCF et la PosteNote , est une commune française située dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. C'est la préfecture du département de l'Allier et une ville d'art et d'histoire.
L’histoire de la ville de Moulins est étroitement liée à celle des ducs de Bourbon, puisqu’elle devient la capitale du duché et de ses importantes dépendances en 1327. Cet état de fait perdurera jusqu’en 1523, avec la défection du connétable de Bourbon. Une fondation légendaire.
La tradition populaire raconte qu’un sire de Bourbon, perdu après une journée de chasse, aurait trouvé refuge dans un moulin sur les bords de l’Allier. Tombé amoureux de la meunière qui l’avait recueilli, pour justifier ses fréquentes venues, il fit bâtir à l’emplacement actuel du palais ducal un relais de chasse. Une ville se développe autour : ce sera Moulins.
Capitale des ducs de Bourbon
Moulins n'avait pas alors de paroisse propre et dépendait des paroisses Saint-Pierre d'Yzeure et Saint-Bonnet, mais la ville possédait une importante collégiale, Notre-Dame. La ville se trouvait dans le diocèse d'Autun et l'évêque d'Autun y était représenté par un official et/ou un vicaire général.
Après le Concile de Trente, et avec la Contre-Réforme catholique, un très grand nombre de couvents et monastères s'installent à Moulins. De trois établissements religieux avant 1600, on en compte treize à la fin de ce siècle : Carmes (1352), Jacobins (1515), Clarisses (1521), Capucins (1601), Augustins (1615), Ursulines (1616), Visitandines (1616), Minimes (1621), Chartreux (1622 et 1660), Carmélites (1628), Bernardines (1649), Filles de la Croix (1682). En 1604, par lettres patentes, le roi Henri IV autorise la fondation d'un collège jésuite22. Enfin, la ville accueillit deux visitandines renommées : Jeanne-Charlotte de Bréchard qui y implanta la Visitation, et Sainte Jeanne de Chantal, fondatrice de l'ordre, qui y mourut au cours d'un voyage en 1641.
L'hôpital général fut créé en 1658 pour accueillir les pauvres et les enfants abandonnés de plus de douze ans. En 1895 un bâtiment service de maternité y fut adjoint.
En 1804, l’École centrale de Moulins est remplacée par un lycée, l’un des premiers de France. Il deviendra le lycée Théodore-de-Banville. Sous l’impulsion de Napoléon III, la cathédrale est agrandie par la construction d’une nef. Dans le même temps, l’église du Sacré-Cœur est élevée. C’est la première église consacrée au Sacré-Cœur de Jésus-Christ en France.
En 1859 est achevé le pont ferroviaire, appelé pont noir ou pont de fer par les Moulinois, pour permettre le franchissement de l'Allier par la nouvelle ligne entre Moulins et Montuçon inaugurée le 7 novembre 1859.
En janvier 1871, c’est à Moulins qu’est centralisé le courrier à destination de Paris, assiégée par les Prussiens, et qui devait y parvenir par transport en boules de Moulins, en zinc soudé pour être étanches.
Durant la Première Guerre mondiale, dans la nuit du 2 au 3 février 1918, des explosions accidentelles en chaine ravagèrent l'atelier de chargement de munitions de la poudrerie de Moulins-Yzeure. Elles sont causées par les sels d’acide fulminique utilisés pour provoquer la détonation des amorces d’obus. Elles provoquèrent des dégâts sur plusieurs kilomètres à la ronde — Les explosions furent ressenties jusqu'en Haute-Loire — et causèrent plusieurs dizaines de morts. En ville, les effets furent extrêmement violents. Vers 10 heures, un nouvel embrasement battit les murs, suivi une heure après, d'un jet de flammes. Les déplacements d’air ont occasionné un peu partout des dégâts considérables : toitures, contrevents, vitres, fenêtres, galandages… Les rues étaient jonchées de débris de verre, de tuiles et de plâtras, les glaces des magasins éprouvées. Quant aux rideaux de fer ondulé, ils ont été uniformément disloqués et sortis de leur cadre, si bien que nombre de boutiques n’ont pu ouvrir.
En 1925 le maire René Boudet proposa de reconstruire l'hôpital principal civil et militaire Saint-Joseph sur les terrains de l'hôpital général, utilisés en jardins. Marcel Génermont, architecte diplômé des Monuments historiques, puis président de la Société d'émulation du Bourbonnais pour laquelle il écrivit plusieurs ouvrages, fit construire de 1929 à 1935 les hôpitaux de Moulins..

Population: 19 563 hab.

Moulins. Ancien château des Ducs de Bourbon
Ancien château des Ducs de Bourbon
Moulins. Avenue de la Gare
Avenue de la Gare
Moulins. Avenue Nationale et la Gare
Avenue Nationale et la Gare
Moulins. Avenue Théodore de Banville et place du Théâtre
Avenue Théodore de Banville et place du Théâtre
Moulins. Boulevard de Courtais
Boulevard de Courtais
Moulins. College de Bellevue-Iseure
College de Bellevue-Iseure
Moulins. Eglise St Yseult
Eglise St Yseult
Moulins. Entrée de la Rue d'Allier
Entrée de la Rue d'Allier
Moulins. Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
Moulins. Institution des Jeunes Aveugles des Charmettes
Institution des Jeunes Aveugles des Charmettes
Moulins. Jardins de la Place de la République
Jardins de la Place de la République
Moulins.
La Gare
Moulins. La Gare
La Gare
Moulins. Le Théâtre
Le Théâtre
Moulins. Rue des Couteliers
Rue des Couteliers
Moulins. Rue de Decize
Rue de Decize
Moulins. Rue Haute
Rue Haute
Moulins. Rue de Paris
Rue de Paris
Moulins. Rue de Paris et lycée Banville
Rue de Paris et lycée Banville
Moulins. Rue Régemortes
Rue Régemortes